Subscribe to receive notifications of new posts:

Vue d'ensemble des perturbations d'Internet au premier trimestre 2023

04/12/2023

15 min read
Internet disruptions overview for Q1 2023

Présent dans plus de 285 villes et plus de 100 pays, le réseau Cloudflare dispose d'interconnexions avec plus de 11 500 fournisseurs de réseau, permettant ainsi de proposer une vaste gamme de services à des millions de clients. L'étendue de notre réseau et l'ampleur de notre clientèle nous assurent une perspective unique sur la résilience d'Internet, nous permettant d'observer les répercussions des perturbations qui l'impactent.

Le début de l'année 2023 a été marqué par des perturbations d'Internet dues à des causes très variées, parmi lesquelles plusieurs coupures d'Internet ordonnées par des gouvernements, des cyclones, un tremblement de terre colossal, des pannes d'électricité, des coupures de câble, des cyberattaques, des incidents techniques et des actions militaires. Comme nous l'avons indiqué par le passé, cet article aspire à proposer un aperçu des perturbations observées et ne constitue pas une liste exhaustive ou complète des incidents survenus pendant le trimestre.

Coupures d'origine gouvernementale

Iran

Au cours des six derniers mois, les coupures d'Internet ordonnées par le gouvernement en Iran ont, en grande partie, été mises en œuvre en réponse aux émeutes provoquées par le décès en garde à vue de Mahsa Amini. Bien que des coupures limitées se produisent encore, une interruption observée en janvier visait à prévenir la tricherie aux examens universitaires. Des coupures d'Internet mises en œuvre dans un but similaire ont été observées dans un certain nombre d'autres pays, et ont également eu lieu en Iran dans le passé. L'accès a été restreint pour les opérateurs AS44244 (Irancell) et AS197207 (MCCI), et des niveaux de trafic plus faibles ont été observés dans les provinces d'Alborz, Fars, Khuzestan et Razavi Khorasan entre 8h00 et 11h30 heure locale (entre 04h30 et 08h00 UTC) le 19 janvier.

Mauritanie

Le 6 mars, le trafic Internet des trois principaux opérateurs de réseaux mobiles en Mauritanie a été perturbé en raison de recherches visant à retrouver quatre détenus djihadistes évadés de prison. À partir de 10h00 heure locale (10h00 UTC), une baisse du trafic a été observée pour les opérateurs AS37541 (Chinguitel), AS29544 (Mauritel) et AS37508 (Mattel), ainsi que dans l'ensemble du pays. Les perturbations d'Internet ont duré plusieurs jours, et une reprise du trafic a été observée vers 13h45 heure locale (13h45 UTC) le 12 mars, après que les autorités mauritaniennes ont communiqué que trois fugitifs avaient été tués et que le quatrième avait été arrêté après une fusillade.

Punjab, Inde

Une coupure de la connectivité Internet mobile dans la région du Punjab, en Inde, a commencé le 19 mars, ordonnée par l'administration locale en raison de crainte de violences dans le cadre de manifestations. Bien que la coupure ait initialement été ordonnée du 18 mars à 12h00 heure locale au 19 mars à 12h00 heure locale, elle a été prolongée à plusieurs reprises, et aura finalement duré trois jours. Le trafic des opérateurs AS38266 (Vodafone India), AS45271 (Idea Cellular Limited), AS45609 (Bharti Mobility) et AS55836 (Reliance Jio Infocomm) a commencé à chuter vers 12h30 heure locale (07h00 UTC) le 18 mars et a été rétabli vers 12h30 heure locale (07h00 UTC) le 21 mars. Toutefois, il a ultérieurement été rapporté que dans certains districts, la connectivité est restée interrompue jusqu'au 23 ou 24 mars.

Ruptures de câbles

Bolivie

Le fournisseur d'accès Internet bolivien Cometco (AS27839) a signalé, le 12 janvier, que des incidents affectant les liaisons internationales par fibre optique entraînaient une dégradation du service Internet. Le trafic sur le réseau a chuté d'environ 80 % à partir de 16h00 heure locale (20h00 UTC), avant de revenir à la normale environ huit heures plus tard. Il n'est pas établi si les liaisons internationales par fibre optique mentionnées étaient des liaisons terrestres avec des pays voisins ou si les incidents étaient imputables à des câbles sous-marins situés à plusieurs sauts de réseau en amont. En tant que pays enclavé, la Bolivie n'est directement connectée à aucun câble sous-marin.

Anguilla

Le 18 février, dans une publication sur Facebook, le gouvernement d'Anguilla a déclaré qu'une panne de télécommunications affectait deux fournisseurs d'accès, FLOW et DIGICEL. Le graphique accompagnant la publication indiquait que la panne était due à une rupture de fibre optique sous-marine. Bien que cela n'ait pas été confirmé, la rupture s'est probablement produite sur le réseau Eastern Caribbean Fiber System (ECFS), qui incarne l'unique réseau de câbles sous-marins auquel est connectée Anguilla. Les chiffres ci-dessous révèlent une nette baisse du trafic, vers 09h00 heure locale (13h00 UTC), à Anguilla et au niveau de l'opérateur AS2740 (Caribbean Cable Communications, racheté par Digicel), mais également, dans une moindre mesure, au niveau de l'opérateur AS11139 (Cable & Wireless, société mère de Flow Anguilla). La perturbation a duré plus de deux jours, le trafic étant revenu à la normale vers 15h00 heure locale (19h00 UTC) le 20 février, ce qui a été corroboré par une nouvelle publication sur Facebook du gouvernement d'Anguilla.

Bangladesh

Une brève interruption de la connectivité a été observée au niveau du fournisseur d'accès Internet bangladeshi Grameenphone le 23 février, entre 11h45 et 14h00 heure locale (05h45-08h00 UTC). Selon une publication sur Facebook de Grameenphone, la panne était due à des coupures de fibre survenues lors de travaux d'entretien de la voirie.

Venezuela

Le Venezuela, et plus particulièrement l'opérateur AS8048 (CANTV), est familier avec les perturbations d'Internet ; en effet, le pays a connu plusieurs incidents (1er trimestre, 2e trimestre) en 2022, ainsi que d'autres perturbations survenues au cours des années précédentes. Pendant les derniers jours de février, quelques pannes de moindre ampleur ont été observées sur le réseau de CANTV dans plusieurs États du Venezuela. Toutefois, une panne plus importante, presque totale, est survenue le 28 février, vers minuit heure locale (04h00 UTC) ; elle a duré la majeure partie de la journée, le trafic ayant commencé à reprendre à 17h30 heure locale (21h30 UTC). Dans un tweet publié le matin du 28 février, CANTV signalait une panne de son réseau sur fibre optique, qui était vraisemblablement la cause de l'incident.

Coupures de courant

Pakistan

Le 23 janvier, une panne d'électricité d'ampleur nationale au Pakistan a affecté plus de 220 millions de personnes, entraînant une baisse significative du trafic Internet observé dans ce pays. La panne d'électricité a commencé à 07h34 heure locale (02h34 UTC) ; le trafic Internet a commencé à décliner presque immédiatement. La figure ci-dessous montre que les volumes de trafic ont chuté de 50 % par rapport aux niveaux normaux, avant de se rétablir vers 04h15 heure locale le 24 janvier (23h15 UTC le 23 janvier). Cette panne d'électricité serait due à une « baisse soudaine de la fréquence du système de distribution d'électricité », qui a entraîné une « panne généralisée ». Des coupures de courant nationales se sont également produites au Pakistan en janvier 2021, mai 2018 et janvier 2015.

Bermudes

BELCO, la compagnie d'électricité desservant l'île des Bermudes, a publié un tweet signalant une panne de courant de très grande ampleur ayant frappé l'île le 3 février. L'entreprise a fourni un lien vers une carte des pannes, afin de permettre à ses clients de suivre les travaux de rétablissement du courant. Le tweet de BELCO a été publié à 16h10 heure locale (20h10 UTC), environ une heure après qu'une baisse considérable du trafic Internet des Bermudes ait été observée. La panne de courant et la coupure d'Internet qui s'est ensuivie ont duré plus de cinq heures, comme l'a indiqué BELCO dans un tweet ultérieur : « À 21h45 [00h45 UTC, le 4 février], tous les circuits ont été rétablis. »

Argentine

De fortes chaleurs en Argentine ont provoqué une coupure d'électricité de grande ampleur qui a affecté l'ensemble du pays, entraînant des coupures d'Internet pendant plusieurs heures le 1er mars. Le trafic Internet a chuté d'environ un tiers pendant la perturbation, qui a duré de 16h30 à 19h30 heure locale (19h30 à 22h30 UTC). La coupure de courant a eu un impact visible sur le trafic Internet dans certaines villes, notamment Buenos Aires, Cordoba, Mendoza et Tucuman.

Kenya

Quelques jours plus tard seulement, le 4 mars, Kenya Power a diffusé une alerte client à 18h25 heure locale (15h25 UTC) signalant une panne d'électricité nationale. L'entreprise a indiqué qu'elle constatait « une panne du réseau de production et transport d'électricité dans différentes parties du pays, due à des perturbations du système ». L'alerte a été lancée environ une heure après une baisse considérable du trafic Internet dans l'ensemble du pays. Un tweet ultérieur, publié à minuit heure locale (21h00 UTC), affirmait que « le réseau électrique a été rétabli dans toutes les régions du pays », et la figure ci-dessous montre que les niveaux de trafic sont revenus à la normale peu après.

Tremblement de terre

Turquie

Le 5 février, un tremblement de terre de magnitude 7,8 s'est produit à 23 km à l'est de Nurdağı, en Turquie, faisant des milliers de morts et de blessés. Le tremblement de terre, qui s'est produit à 04h17 heure locale (01h17 UTC), est considéré comme le plus puissant à frapper la Turquie depuis 1939. Les dégâts et destructions considérables ont entraîné d'importantes perturbations de la connectivité Internet dans de nombreuses régions du pays, comme l'indiquent les figures ci-dessous. Bien que les volumes de trafic Internet aient été relativement faibles en raison de l'heure matinale, les graphiques montrent qu'ils ont encore décliné aux heures auxquelles est survenu le tremblement de terre. Près d'une demi-journée plus tard, les volumes de trafic dans certains endroits étaient inférieurs de 63 à 94 % à ceux observés à la même heure la semaine précédente. Un mois plus tard, après plusieurs répliques, les volumes de trafic étaient en grande partie revenus à la normale, bien que le rétablissement s'avère encore difficile dans certaines régions.

Intempéries

Nouvelle Zélande

Surnommé « le plus grand phénomène météorologique observé dans le pays depuis un siècle », le cyclone Gabrielle a fait des ravages dans le nord de la Nouvelle-Zélande ; il a notamment endommagé des infrastructures et provoqué des pannes d'électricité dans des dizaines de milliers de foyers. En conséquence, des régions telles que Gisborne et Hawkes Bay ont connu des perturbations d'Internet qui ont duré plusieurs jours, à partir de 00h00 heure locale le 14 février (11h00 UTC le 13 février). Les figures ci-dessous montrent que dans les deux régions, le volume de trafic maximal a renoué avec les niveaux observés avant le cyclone aux environs du 19 février.

Vanuatu

Plus tard en février, le cyclone Judy a frappé le Vanuatu, un pays de l'océan Pacifique Sud composé d'environ 80 îles s'étendant sur 1 300 kilomètres. Le cyclone de catégorie 4 a endommagé des logements et provoqué des coupures de courant, entraînant une baisse significative du trafic Internet dans le pays. Le 28 février, le trafic du Vanuatu a chuté de près de 80 % pendant le déchaînement du cyclone et, comme le montre la figure ci-dessous, il aura fallu près de deux semaines pour que le trafic renoue avec les niveaux observés au début du mois de février.

Malawi

Le cyclone Freddy, considéré comme le plus long et le plus puissant jamais enregistré, a frappé le Malawi pendant le week-end des 11 et 12 mars, ainsi que le lundi 13 mars. Les dégâts qui en ont résulté ont perturbé la connectivité Internet dans ce pays d'Afrique de l'Est, entraînant une chute du trafic vers 11h00 heure locale (09h00 UTC) le 13 mars. La perturbation a duré plus de deux jours, et le trafic a repris vers 21h00 heure locale (19h00 UTC) le 15 mars.

Problèmes techniques

Afrique du Sud

Juste avant 07h00 heure locale (05h00 UTC) le 1er février, le fournisseur d'accès Internet sud-africain RSAWEB a publié un premier tweet concernant un problème qui, selon lui, affectait ses plateformes cloud et VOIP. Cependant, dans plusieurs tweets ultérieurs, l'opérateur a indiqué que le problème affectait également les systèmes internes, ainsi que la connectivité des réseaux fibre et mobile. La figure ci-dessous montre que le trafic de RSAWEB a chuté à 6h30 heure locale (4h30 UTC), un moment où il devrait normalement commencer à augmenter pour la journée. Juste avant 16h00 heure locale (14h00 UTC), RSAWEB a publié un tweet indiquant que « ...les ingénieurs travaillent activement à la restauration des services après cet incident majeur. Les clients ayant été privés de connectivité peuvent constater le rétablissement de certains services. » La figure ci-dessous montre une forte augmentation du trafic à cette heure, avec une augmentation progressive dans la soirée. Cependant, le rétablissement complet des services sur l'ensemble des plateformes affectées de RSAWEB a demandé une semaine entière, selon un tweet du 8 février.

Italie

Le 5 février, un « problème d'interconnectivité internationale » non spécifié affectant Telecom Italia a provoqué une perturbation d'Internet pendant plusieurs heures en Italie. Une baisse nominale du trafic à l'échelle du pays est visible dans la figure ci-dessous, à partir de 11h45 heure locale (10h45 UTC), et l'on observe une certaine volatilité dans la baisse du trafic jusqu'à 17h15 heure locale (16h15 UTC). Cependant, l'impact du problème est plus évident sur les graphiques de trafic pour les opérateurs AS32699 et AS16232, appartenant tous deux à Telecom Italia. Les deux graphiques indiquent une baisse plus importante du trafic, ainsi qu'une plus grande volatilité pendant les plus de cinq heures qu'a duré la perturbation.

Myanmar

Le 7 février, un incendie dans les locaux d'un central de MPT (Myanma Posts and Telecommunications) a perturbé la connectivité Internet des clients du fournisseur d'accès Internet du Myanmar. MPT a informé ses clients dans une publication sur Facebook : « Nous connaissons actuellement des perturbations des services de MPT, notamment du centre d'appels de MPT, de l'Internet par fibre, de l'Internet mobile, ainsi que des communications mobiles et téléphoniques ». La figure ci-dessous montre l'impact de cette perturbation sur les opérateurs AS9988 et AS45558, qui appartiennent à MPT, avec une baisse significative du trafic à 10h00 heure locale (03:30 UTC). Une reprise significative a été observée à 22h00 heure locale (15h30 UTC).

République du Congo (Brazzaville)

Congo Telecom a publié un tweet contenant un communiqué le 15 mars, alertant les utilisateurs d'une perturbation des services liée à un « incident survenu sur le réseau ». L'impact de cette perturbation est clairement visible à l'échelle nationale, avec une chute brutale du trafic à 00h45 heure locale (23h45 UTC le 14 mars), en raison de pannes totales chez MTN Congo et Congo Telecom, comme le montrent les graphiques ci-dessous. Alors que le trafic de MTN Congo a commencé à reprendre vers 08h00 heure locale (07h00 UTC), le rétablissement de Congo Telecom a demandé plus de temps, et le trafic a commencé à augmenter vers 17h00 heure locale (16h00 UTC). Le 16 mars, Congo Telecom a tweeté que la panne nationale d'Internet avait été résolue. MTN Congo n'a pas reconnu l'existence de la perturbation sur les réseaux sociaux, et aucune des deux entreprises n'a fourni d'informations plus spécifiques sur « l'incident survenu sur le réseau » signalé.

Liban

À la fin du mois de mars, les perturbations observées au niveau des opérateurs AS39010 (Terranet) et AS42334 (Mobi), au Liban, pourraient avoir été liées à une grève chez Ogero Telecom, un fournisseur en amont commun aux deux réseaux. Un rapport publié cite un commentaire du président d'Ogero concernant la grève : « Nous nous dirigeons vers une catastrophe si nous ne parvenons pas à un accord avec le gouvernement : le fonctionnement du réseau s'arrêtera complètement, car nos générateurs commenceront progressivement à manquer de carburant. Le Liban dépend entièrement d'Ogero pour sa bande passante, et personne n'est à l'abri d'une coupure d'Internet. » Le trafic sur Terranet et Mobi a chuté vers 05h00 heure locale (03h00 UTC) le 29 mars, et la perturbation a duré environ 4 heures et 30 minutes, avec une reprise du trafic à 09h30 heure locale (07h30 UTC).

Cyberattaques

Corée du Sud

Le 29 janvier, le fournisseur d'accès Internet sud-coréen LG Uplus a été victime de deux brèves interruptions d'Internet, qui pourraient avoir été la conséquence d'attaques DDoS. La première perturbation a eu lieu à 03h00 heure locale (18h00 UTC le 28 janvier), et la seconde à 18h15 heure locale (09h15 UTC). Les perturbations ont affecté le trafic des opérateurs AS17858 et AS3786, appartenant tous deux à LG. L'entreprise a rapporté avoir été la cible d'une deuxième paire d'attaques DDoS le 4 février.

Guam

Dans un tweet publié le 17 mars à 11h30 heure locale (01h30 UTC), Docomo Pacific a signalé une panne affectant plusieurs services ; dans un tweet ultérieur, l'opérateur a indiqué que « Tôt ce matin, un incident de cybersécurité s'est produit et certains de nos serveurs ont été la cible d'une attaque ». Sur la figure ci-dessous, cette panne est visible au niveau national sur Guam, prenant la forme d'une baisse considérable du trafic à partir de 10h00 heure locale (00h00 UTC). Cependant, sur le graphique ci-dessous, pour l'opérateur AS3605 (ERX-KUENTOS/Guam Cablevision/Docomo Pacific), la panne mentionnée entraîne une interruption quasi-totale du trafic à partir de 05h00 heure locale (19h00 UTC le 16 mars). Le trafic est revenu à la normale à 18h00 heure locale le 18 mars (8 heures UTC).

Ukraine/Intervention militaire

Au mois de février, le conflit en Ukraine est entré dans sa deuxième année, et durant l'année passée, nous avons suivi son impact sur l'Internet, en mettant en évidence les transferts de trafic, les attaques, les modifications de routage et les perturbations de la connectivité. Au quatrième trimestre 2022, un certain nombre de perturbations étaient liées à des attaques contre l'infrastructure électrique, et cette tendance s'est poursuivie au premier trimestre 2023.

Des perturbations ont été observées à Odessa le 27 janvier, tandis que les actualités indiquaient que des frappes aériennes russes avaient atteint les infrastructures énergétiques locales. Comme le montre la figure ci-dessous, le trafic Internet à Odessa commence généralement à augmenter juste avant 08h00 heure locale (06h00 UTC), mais cela n'a pas été le cas ce matin-là, après que plusieurs installations d'infrastructure énergétique près d'Odessa ont été endommagées par des attaques. Le trafic est resté inférieur aux niveaux observés la semaine précédente pendant environ 18 heures.

Les pannes d'électricité résultant des attaques russes contre les installations de production et de distribution d'électricité le 9 mars ont entraîné des perturbations de la connectivité Internet dans de nombreuses régions d'Ukraine. Comme le montrent les figures ci-dessous, le trafic a chuté sous les niveaux normaux après 02h00 heure locale (00h00 UTC) le 9 mars. À Kharkiv, le trafic a chuté de plus de 50 % par rapport à la semaine précédente, tandis qu'à Odessa, il a chuté de 60 %. Dans les oblasts d'Odessa, de Mykolaiv et de Kirovohrad, le trafic a repris vers 08h00 heure locale (06h00 UTC), tandis qu'à Kharkiv, les perturbations ont duré près de deux jours, et le trafic est revenu à la normale vers 23h45 heure locale (21h45 UTC) le vendredi 10 mars.

Conclusion

Le premier trimestre 2023 a semblé particulièrement animé en termes de perturbations de l'Internet ; nous ne pouvons qu'espérer que cela n'augure pas des événements à venir durant le reste de l'année. Cette réflexion concerne particulièrement les coupures ordonnées par les gouvernements, survenues assez régulièrement tout au long de l'année 2022. À cette fin, l'organisation de la société civile Access Now a récemment publié son rapport « Internet shutdowns in 2022 », qui révèle qu'en 2022, les gouvernements et d'autres acteurs ont été à l'origine d'au moins 187 coupures d'Internet dans 35 pays. Cloudflare Radar est fier de soutenir l'initiative #KeepItOn d'Access Now, en utilisant nos données pour contribuer à illustrer l'impact des coupures d'Internet et des autres perturbations.

Pour suivre les perturbations de l'Internet au fur et à mesure qu'elles se produisent, consultez le portail Cloudflare Radar Outage Center (CROC) ou l'API Radar. Sur les réseaux sociaux, suivez @CloudflareRadar sur Twitter ou cloudflare.social/@radar sur Mastodon.

We protect entire corporate networks, help customers build Internet-scale applications efficiently, accelerate any website or Internet application, ward off DDoS attacks, keep hackers at bay, and can help you on your journey to Zero Trust.

Visit 1.1.1.1 from any device to get started with our free app that makes your Internet faster and safer.

To learn more about our mission to help build a better Internet, start here. If you're looking for a new career direction, check out our open positions.
Internet Traffic (FR)Internet Outage (FR)Outage (FR)Français

Follow on X

David Belson|@dbelson
Cloudflare|@cloudflare

Related posts

April 29, 2024 1:00 PM

Récapitulatif des perturbations d'Internet au premier trimestre 2024

Le premier trimestre 2024 a débuté par un certain nombre de perturbations d'Internet. Fait intéressant, les problèmes liés à la RPKI, au DNS et aux DNSSEC figuraient parmi les problèmes techniques qui ont ébranlé la connectivité des abonnés de plusieurs fournisseurs de réseau...

January 22, 2024 2:00 PM

Récapitulatif des perturbations d'Internet au quatrième trimestre 2023

Dans cet article, nous passerons en revue une sélection de perturbations du réseau Internet observées par Cloudflare au cours du quatrième trimestre 2023. Ces observations sont étayées par des représentations graphiques du trafic issues de Cloudflare Radar et d'autres outils internes de Cloudflare...