Eurovision 2022, the Internet effect version

Un seul concours musical peut se targuer d'exister depuis plus de six décennies et de présenter non seulement une vaste quantité de nouvelles chansons (ABBA, Céline Dion, Julio Iglesias et Domenico Modugno s'y sont illustrés), mais aussi une scène mondiale impliquant 40 pays (les artistes représentent ces pays et le public vote). La 66e édition du concours Eurovision de la chanson organisée à Turin, en Italie, comprenait deux demi-finales (les 10 et 12 mai) et une finale (le 14 mai), trois événements émaillés de moments forts, dont la victoire de l'Ukraine. Le trafic Internet a été affecté à plus d'un titre, du trafic général des pays dans leur ensemble, à celui des sites de fans et des diffuseurs officiels, en passant par le trafic des plateformes vidéo.

Notre page dédiée à l'Eurovision présentait le niveau de trafic Internet dans les 40 pays participants et nous avons tweeté certains faits marquants concernant ce dernier pendant la finale.

Commençons par quelques détails d'ordre technique. La base de référence des valeurs que nous utilisons dans les graphiques suivants s'appuie sur la moyenne du trafic de la semaine précédente, sauf pour les graphiques minute par minute, plus détaillés, qui reposent sur la moyenne du trafic des 9 et 10 mai. Nous nous basons sur les données de résolution DNS pour estimer le trafic vers les divers types de sites web dans les 40 pays participants. Enfin, cet article de blog prend pour référence horaire le fuseau CEST (heure avancée d'Europe centrale, UTC+2).

Il s'avère plutôt rare qu'une manifestation culturelle présente une incidence sur le trafic Internet d'un pays. Quelle a donc été cette incidence pendant les soirées du concours de l'Eurovision ?

Intéressons-nous tout d'abord au trafic Internet agrégé des 40 pays participants (Australie comprise). Le trafic semble en légère baisse lors de la première demi-finale, le 10 mai, un constat qui a du sens si nous considérons que la plupart des spectateurs regardaient probablement l'émission à la télévision nationale (et pas sur YouTube, qui retransmettait également l'événement en direct). Le trafic s'est montré inférieur à la moyenne sur la période située entre 21 h et 23 h (l'événement a eu lieu de 21 h à 23 h 14), mais est revenu à la normale à partir de 23 h.

Cette tendance se révèle moins évidente pour la deuxième demi-finale et la finale du 14 mai (qui s'est déroulée de 21 h à 1 h 10) raconte une tout autre histoire. Le trafic s'est révélé inférieur de 6 % à celui du samedi précédent après 21 h, principalement aux alentours de 22 h, avant de se montrer finalement plus élevé après 23 h 15 (entre 4 et 6 % de plus) et de maintenir cette tendance jusqu'à 2 h.

Que s'est-il passé à 23 h 15 lors de l'Eurovision ? La dernière des 25 chansons en lice était celle de l'Estonie, « Hope », interprétée par Stefan, et s'est terminée à 23 h 14. (Cet article de blog présentera également le pic survenu à 23 h 16, le plus élevé en termes de trafic DNS vers les sites web de fans pendant la finale.) Voici le graphique du trafic Internet des pays participants le 14 mai :

Plusieurs pays ont d'ailleurs présenté un effet similaire en termes d'évolution du trafic, au moins pendant la finale. La France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Islande, la Grèce et la Suisse en constituent de bons exemples.

L'Eurovision et le Royaume-Uni

Le Royaume-Uni est l'un des pays qui semblent afficher le maximum d'impact au moment de la grande finale (d'après les estimations, huit millions de téléspectateurs ont regardé la retransmission de la BBC présentée par le commentateur Graham Norton l'année dernière). Le trafic a chuté à un niveau inférieur à la normale à 20 h 30 (soit quelques minutes avant la finale) et restait inférieur de 20 % à 22 h, avant de se rapprocher de ses niveaux habituels après 23 h, une fois que l'ensemble des 25 participants avaient terminé leur prestation.

Voici les tendances du trafic Internet au Royaume-Uni pendant la finale de l'Eurovision, le 14 mai :

Les sites de fans : la différence constatée par l'annonce d'un gagnant

Les sites web de fans constituent l'indicateur le révélateur en ce qui concerne l'influence sur le trafic. L'Eurovision en compte plusieurs, certains généraux (comme l'OGAE, l'Organisation Générale des Amateurs de l'Eurovision) et d'autres plus locaux. Or, le trafic DNS vers ces sites a très clairement été affecté.

La première demi-finale, le 10 mai, a connu un trafic 33 fois supérieur à la moyenne du trafic la semaine précédente, avec un pic évident à 22 h, mais la deuxième demi-finale, celle du 12 mai, a fait encore plus fort, avec un trafic 42 fois supérieur sur la même période. La finale, avec ses 25 finalistes, a largement dépassé ces niveaux, avec un trafic déjà 70 fois supérieur à 22 h. Toutefois, comme la finale se déroulait sur une période plus longue (les finalistes ont été annoncés autour de 23 h lors des demi-finales), le pic a été atteint à 23 h, avec un trafic 86 fois supérieur au trafic normal.

« Nous avons un gagnant. Le gagnant du concours Eurovision de la chanson 2022 est… l'Ukraine ! ».— Alessandro Cattelan, Laura Pausini et Mika à 1 h 01, le 15 mai 2022.

La finale du samedi a duré plus de quatre heures (les demi-finales se sont déroulées sur un peu plus de deux heures et demie) et s'est terminée quelques minutes après 1 h. Le trafic DNS vers les sites de fans a chuté d'un trafic 86 fois supérieur à la normale à un trafic 45 fois supérieur à minuit, avant de remonter à un trafic 49 fois supérieur lorsque l'Ukraine a été annoncée gagnante de l'Eurovision 2022, alors qu'il était déjà 1 h dans la plupart des pays européens. Le graphique suivant montre l'évolution du trafic vers les sites de fans pendant la finale, le samedi 14 mai :

Nous pouvons également constater un pic de trafic, alors 20 fois supérieur à la moyenne, le dimanche matin à 9 h, puis à 11 h (17 fois supérieur).

Approfondissons notre analyse en étudiant un graphique minute par minute (les graphiques précédents ne présentaient que des données horaires) du trafic DNS vers les sites de fans. Lors des deux demi-finales, il est facile de constater que le trafic le plus élevé se situe au moment de l'annonce des finalistes, soit autour de 23 h 12, heure à laquelle l'émission a pris fin. Voici à quoi ressemblait la croissance du trafic vers les sites de fans pendant les deux demi-finales du 10 (jaune) et du 12 mai (vert) :

Nous pouvons également remarquer certains temps forts au niveau des sites de fans pendant les demi-finales, en dehors des annonces des finalistes, qui constituaient sans conteste les moments les plus populaires de ces deux soirées, comme nous l'avons vu précédemment. Pour commencer, le trafic avant l'émission (21 h) était plus élevé le 10 mai que le 12 mai, un constat qui semble indiquer que le public avait de plus grandes attentes concernant la première des manifestations de la semaine consacrées à l'Eurovision 2022. Afin de mieux observer ces pics (avant l'annonce des gagnants), nous avons dressé une liste des moments présentant le plus d'intérêt sur les sites de fans, que nous avons ensuite reliés aux événements qui se déroulaient en même temps pendant l'Eurovision (les entrées sont classées par impact) :

Première demi-finale, 10 mai
Nº 1 : 22 h 47 Résumé de l'ensemble des chansons.
Nº 2 : 22 h 25 Chanson de la Norvège (Subwoolfer, « Give That Wolf a Banana »).
Nº 3 : 21 h 42 Chanson de la Bulgarie (Intelligent Music Project, « Intention »).
Nº 4 : 21 h 51 Chanson de la Moldavie (Zdob și Zdub et Frații Advahov, « Trenulețul »).
Nº 5 : 22 h 20 Chanson de la Grèce (Amanda Georgiadi Tenfjord, « Die Together »).

Deuxième demi-finale, le 12 mai
Nº 1 : 21 h 22 Entre la chanson de la Serbie (Konstrakta, « In corpore sano ») et la chanson de l'Azerbaïdjan (Nadir Rustamli, « Fade to Black »).
Nº 2 : 22 h 48 Début de la période de vote.
Nº 3 : 22 h 30 Chanson de la République tchèque (We Are Domi, « Lights Off »).
Nº 4 : 22 h 38 Laura Pausini et Mika chantent (« Fragile », une reprise de Sting).
Nº 5 : 22 h 21 Chanson de la Belgique (Jérémie Makiese, « Miss You »).

Et la finale du 14 mai ? Ce graphique (suivi par un classement des moments observés) montre les pics de trafic DNS sur les sites de fans lors de la finale du samedi :

Finale, 14 mai
Nº 1 : 23 h 11 Entre la chanson de la Serbie (Konstrakta, « In corpore sano ») et la chanson de l'Estonie (Stefan, « Hope »).
Nº 2 : 23 h 33 Résumé de l'ensemble des chansons.
Nº 3 : 23 h 57 Fin du vote.
Nº 4 : 23 h 19 Résumé de l'ensemble des chansons.
Nº 5 : 23 h 01 Fin de la chanson du Royaume-Uni (Sam Ryder, « Space Man »).

(Sam Ryder, l'artiste et représentant du Royaume-Uni, en compagnie de Graham Norton, le commentateur de l'Eurovision pour la BBC depuis 2009. La BBC diffuse l'événement depuis 1956.)

Le spectacle côté diffuseurs

Qu'en est-il des sites web des diffuseurs nationaux officiels ? Autour de 23 h, le trafic vers l'ensemble des 40 chaînes de télévision s'est révélé généralement plus élevé lors des soirées des demi-finales et de la finale (représentées en gris sur le graphique ci-dessous). Le pic est plus évident au cours de la finale, aux alentours de 23 h, avec un trafic DNS supérieur de 18 % à celui du samedi précédent (et de 50 % par rapport à celui de la veille). La différence s'avère plus subtile pendant les demi-finales, mais on peut constater un accroissement du trafic d'environ 6 % autour de 23 h par rapport aux jours précédents, à la fois pour le 10 et le 12 mai.

L'examen minute par minute du trafic sur les sites des chaînes de télévision pendant les trois soirs de l'Eurovision révèle que la plus forte croissance du trafic s'est également produite pendant la finale (comme nous l'avons vu sur les sites de fans) et principalement après 23 h, soit une observation qui semble normale, compte tenu du fait que la finale se déroulait sur une période plus longue que les demi-finales, qui se terminaient aux environs de cette heure.

La finale (représentée en rose sur le graphique ci-dessus) affichait des pics particulièrement évidents. Nous les avons répertoriés sous la forme d'un classement relié aux événements qui se déroulaient en même temps pendant l'émission.

Pics de trafic sur les sites des diffuseurs. Finale, 14 mai
Nº 1 : 21 h 52 Clip des meilleurs moments des demi-finales.
Nº 2 : 21 h Début du concours.
Nº 3 : 0 h 24 Entretien avec Sam Ryder, le représentant du Royaume-Uni (avec la chanson « Space Man »), alors qu'il venait d'atteindre la première place des votes.
Nº 4 : 1 h 09 diffusion de la chanson victorieuse de l'Ukraine (Kalush Orchestra,    « Stefania »).
Nº 5 : 1 h 02 Annonce de l'Ukraine en tant que gagnante de l'Eurovision 2022.

Plateformes vidéo : la croissance post-finale

L'Eurovision s'appuie sur les plateformes vidéo, telles que YouTube et TikTok, pour partager l'ensemble des chansons, mais aussi des clips sur les événements et les artistes. En outre, YouTube accueillait une retransmission en direct des trois soirées. Nous nous sommes donc intéressés au trafic DNS vers les plateformes vidéo (sous forme agrégée) dans les 40 pays participants. Avons-nous constaté un effet sur ces plateformes vidéo et sociales bien connues et très visitées ? En bref, la réponse est oui.

La finale en constituait l'exemple le plus évident, bien entendu, en particulier après 23 h 15, alors que l'ensemble des 25 finalistes étaient déjà passés sur scène et que l'événement comptait encore deux heures de spectacle, sans lien avec les participants, et de clips vidéo résumant les chansons et le processus de vote (le fameux moment où l'Europe attend de découvrir quel pays obtiendra le maximum de 12 points parmi les 40 participants).

Dans ce comparatif entre les demi-finales et la finale, nous pouvons constater de quelle manière le 10 mai, soit le soir de la première demi-finale, le trafic vers les plateformes vidéo affichait une croissance plus importante avant le début du concours. Ce résultat n'est pas particulièrement surprenant, étant donné qu'il s'agissait du premier événement tenu dans le cadre de l'Eurovision 2022 et que la curiosité a potentiellement poussé les utilisateurs à vérifier qui étaient les autres participants (L'Eurovision avait déjà publié des vidéos détaillant l'ensemble d'entre eux sur YouTube à cette date).

Toutefois, la finale du 14 mai présente une croissance du trafic DNS plus élevée que lors des deux autres soirées de l'Eurovision après 23 h 16 (comme nous l'avons vu plus haut, au moment où le dernier finaliste achevait son passage sur scène). La différence de trafic par rapport aux demi-finales était à son maximum vers 1 h 11, heure qui marquait la fin de la finale du samedi. Les plateformes vidéo ont alors enregistré un trafic supérieur de 31 % par rapport à celui du 10 mai et de 38 % par rapport à celui du 12 mai.

L'effet en Australie (avec huit heures de décalage)

L'Australie était l'un des 40 pays participants et présentait un décalage horaire important (de huit heures par rapport au fuseau UTC+2). En poursuivant l'examen du trafic vers les plateformes vidéo, le trafic DNS en Australie s'est révélé supérieur de 22 % à 23 h UTC+2 (7 h, heure locale) par rapport au trafic du samedi précédent et est resté élevé, avec une croissance de 17 % par rapport à la semaine précédente quelques heures plus tard. Avant le pic de 23 h, le trafic était supérieur de 20 % et de 17 % à 21 h, heure à laquelle commençait l'événement.

Les gagnants et les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux en général n'ont pas été particulièrement affectés dans les 40 pays participants, mais on constate un pic à 1 h UTC+2 lors de la finale, au moment de la désignation du vainqueur entre l'Ukraine et le Royaume-Uni (l'Ukraine a été annoncée gagnante de l'Eurovision 2022 à 1 h 01).

Nous pouvons également remarquer un impact sur les réseaux sociaux en Ukraine, suite à l'annonce de la victoire de la chanson « Stefania » de Kalush Orchestra lors de la finale du samedi 14 mai (il était d'ailleurs plus de minuit, aussi s'agissait-il déjà du 15 mai). La tendance nocturne habituelle au ralentissement du trafic observée dans les autres pays s'est clairement interrompue après 1 h 02 UTC+2 (2 h 02, heure locale en Ukraine).

Conclusion : l'effet Eurovision

Lorsqu'un événement tel que l'Eurovision se produit, on constate différentes tendances au niveau du trafic Internet dans les pays participants, généralement cantonnées à l'Europe (mais également en Australie cette année, en raison de sa présence dans le concours). Si les effets se sont spécifiquement fait sentir sur les sites web de fans et ceux des diffuseurs nationaux, un tel événement multimédia présente également une incidence sur le trafic DNS vers les plateformes vidéo.

Cette tendance se poursuit pour affecter le trafic Internet des pays participants à un niveau plus général, un constat qui semble indiquer que le public s'est plus concentré sur son réseau de télédiffusion nationale, du moins pour certains segments de l'Eurovision et certains pays.

Internet est sans aucun doute un outil orienté sur l'humain, comme nous avons pu le constater à différents moments, comme la cérémonie des Oscars 2022, le Super Bowl, les élections présidentielles françaises, le Ramadan, voire la guerre en Ukraine et ses répercussions sur l'Internet ouvert en Russie.