Why I joined Cloudflare — and why I’m excited about Project Pangea

Quand on s’est préparé à faire face à ce challenge, arrive souvent le moment où l'on a l’opportunité de participer activement à la construction d’un monde meilleur. Personnellement, j’ai eu cette opportunité il y a environ un mois, quand, après une longue procédure de visa compliquée par la pandémie du COVID-19, j’ai rejoint Cloudflare, en tant qu’Ingénieur Systèmes dans l'équipe Argo Smart Routing/Traffic à Austin, Texas.

Au début des années 2000, j’ai expérimenté pendant mes voyages à travers le Bénin (mon pays d’origine) et plus généralement en Afrique de l’Ouest, combien il était difficile de se connecter à Internet. Je me rappelle qu’en tant qu'étudiants, nous accédions au web depuis des cybercafés à travers une connexion limitée, achetée à des prix exorbitants pour notre niveau de vie. En effet, avoir une connexion haut-débit à la maison était un luxe. Internet a le potentiel d’aider efficacement à résoudre les problèmes rencontrés par les populations des régions similaires (dans des domaines névralgiques comme l'éducation, la santé, la communication, pour ne citer que ceux-là). Cependant, l’absence d’un accès facile et plus abordable empêchait son adoption pour atteindre ces objectifs essentiels au développement. C’est dans ce contexte, que j’ai choisi de poursuivre mes études en Télécoms, avec l’espoir de pouvoir, d’une manière ou d’une autre, rendre la pareille à la communauté dans laquelle j’ai grandi, en aidant à améliorer l'accès Internet dans la région.

Mon stage à Euphorbia Sarl, une société locale spécialisée dans les services de l'ingénierie Informatique et Télécoms, m’a introduit aux procédés de conception et de déploiement de technologies capables de satisfaire les besoins d’Interconnexion de la région. Par ailleurs, cela m’a permis de voir les difficultés rencontrées au jour le jour par les opérateurs  réseaux en Afrique. J’ai donc perçu l’importance de la recherche sur le routage et l'accès Internet dans les pays en voie de développement, et plus particulièrement l’importance d'études de mesures du réseau, afin d’identifier les causes réelles du manque de connectivité en Afrique (de l’Ouest).

Avec cette expérience, j’ai donc poursuivi mes études doctorales à IMDEA Networks Institute et UC3M (en Espagne) et collaboré avec les parties prenantes et les chercheurs pour enquêter sur les caractéristiques et les dynamiques de routage de l’Internet en Afrique. Pendant mon post-doc à CAIDA/UCSD (aux Etats Unis), j’ai ensuite continué avec des recherches sur les occurrences de congestion réseaux de part le monde, et l’impact du déploiement de la fibre optique SACS entre l’Angola et le Brésil sur le routage Internet. Tout en analysant le réseau dans ces régions peu desservies et géographiquement larges, nous avons remarqué que, malgré les efforts pour la mise en place de points d'échanges Internet (IXPs), la majeure partie du contenu web était toujours servie depuis les Etats Unis et l’Europe. Nous avons également identifié le manque d’infrastructures et d’interconnexions entre réseaux locaux et globaux ainsi que le manque de contenu local, comme les causes principales du routage inefficient de paquets Internet, des coûts de transits élevés, et de la qualité de services continuellement dégradée.

Bien entendu, les communautés locales, les opérateurs de réseaux, les parties prenantes et les organismes tels que Internet Society ou Packet Clearing House ont travaillé jusqu'à présent pour réduire l’écart. Cependant, il y a encore d'énormes possibilités d’amélioration. Je pense que cette ère (j'espère bientôt) post-pandémique - où de plus en plus d'activités se font en ligne - représente la meilleure opportunité de résoudre ce problème persistant. COVID nous a fait réfléchir, et l'une des questions critiques que je me suis posée était: après tant d'années de recherche, comment puis-je - à l'instar des médecins ou infirmières en première ligne pendant la pandémie - aider activement et efficacement à atténuer ces problèmes de connectivité, en contribuant à la création d’un meilleur Internet pour tous, notamment pour ceux qui vivent dans des zones mal desservies? La réponse pour moi était de passer de l'université à la technologie. Mais avec quelle entreprise ?

Au fur et à mesure que j'évoluais dans le processus d'entretien avec Cloudflare, il est vite devenu évident que c'était la réponse à ma question ci-dessus. J'ai découvert que les valeurs et la mission de Cloudflare étaient très alignées sur les miennes. J'ai aussi adoré la culture, l'accueil et la diversité de l'équipe, ainsi que l'attention et la proximité du leadership. J'ai été impressionné par l'étendue du réseau, notamment, par son expansion quelle que soit la zone Internet et par le nombre croissant de datacenters (centres de données) en Amérique latine et en Afrique. Pendant mon retour en Afrique de l'Ouest pour mon processus de visa, mon expérience n'a fait que renforcer ce que je savais déjà: nous avons besoin de plus de contenu local dans les régions en voie de développement, nous avons besoin de plus de soutien pour les communautés locales et nous devons mieux aider ces régions.

Dès mes débuts à Cloudflare, j'ai été ravi de découvrir que la compagnie organise fréquemment des semaines d'innovation - comme Birthday Week - au cours desquelles l'entreprise fait des dons de technologie à la communauté Internet. Il y a eu plusieurs initiatives notables, comme le projet Fair Shot pour permettre aux communautés de se faire vacciner équitablement, et le projet Galileo, qui protège les groupes d'intérêt public à risques.

Mais ce qui m'a vraiment enthousiasmé, c'est le Projet Pangea, qui a été lancé cette semaine dans le cadre de l'Impact Week 2021. Le Projet Pangea contribue à améliorer la sécurité et la connectivité des réseaux communautaires sans frais. Le réseau de Cloudflare s'étend sur plus de 200 villes à travers le monde; il possède également l'un des plus grands nombres d'interconnexions au monde.  Par ailleurs, il fournit un service DNS de pointe avec, à l'esprit, la confidentialité des données, et un système de routage intelligent; ce dernier se renseigne en temps réel sur les meilleures routes Internet qui sont les moins encombrées depuis et vers n'importe quelle région du monde. Mes recherches sur les performances du routage Internet dans les régions en voie de développement me font croire que les réseaux communautaires - et leurs utilisateurs finaux - bénéficieront énormément d'un tel partenariat. C'est tellement excitant de faire partie d'un voyage aussi incroyable: voilà pourquoi je partage mon enthousiasme à travers ce blog.

Je voudrais conclure en lançant un appel à toutes les parties prenantes dans les régions en voie de développement, y compris les opérateurs de réseaux et les organismes tels que l'ISOC et les RIRs - AFRINIC, LACNIC, etc. Je vous prie de ne pas hésiter à vous renseigner sur et à soutenir le Projet Pangea. Je demeure persuadé que Cloudflare sera un partenaire formidable pour vous, et votre réseau - ainsi que votre communauté - bénéficieront de leur utilisation.