Bilan Year In Review 2021 de Cloudflare Radar

En 2021, nous avons continué à vivre avec les effets de la pandémie de COVID-19, qui a également affecté le trafic Internet. Si l'enseignement et l'exercice physique ont pu commencer à renouer avec un niveau proche de la normale (selon les pays) après près de deux ans de perturbations, les conséquences de ce phénomène semblent s'inscrire dans la durée, quant à la manière dont les individus travaillent et communiquent. Les mesures de confinement ou les restrictions continuent d'ailleurs d'avoir une incidence sur l'accès à Internet, tant en termes de localisation que de modes de connexion.

Le bilan Year In Review 2021 bilan de l'année 2021 de Cloudflare Radar est désormais disponible. Il propose des cartes interactives et des graphiques que vous pouvez utiliser pour découvrir ce qui a changé sur Internet l'année passée. Le bilan de l'année fait partie intégrante de l'expérience Cloudflare Radar. Nous avons lancé Radar en septembre 2020 pour permettre à chacun de consulter les tendances liées à l'utilisation d'Internet, mais aussi à ses usages abusifs.

Cette année, nous avons ajouté un graphique comparant le trafic mobile et le trafic issu des postes fixes. Un volet axé sur la répartition des attaques présente également l'évolution de ces dernières sur l'ensemble de l'année. On peut dès lors constater que les attaques ont connu un pic dans le monde entier au début du mois de juillet 2021, soit plus d'un mois après la fameuse cyberattaque Colonial Pipeline.

L'outil montre aussi des tendances intéressantes liées à la pandémie, comme celles concernant l'activité Internet (ou plutôt, l'absence d'activité Internet) à Tokyo pendant les Jeux olympiques d'été, ainsi que l'incidence de la semaine de Thanksgiving (fin novembre donc) sur le trafic mobile aux États-Unis.

Vous pouvez également consulter notre rapport Popular Domains — 2021 Year in Review (Domaines populaires : bilan de l'année 2021), qui révèle que TikTok, l'e-commerce et les entreprises aérospatiales ont connu une grande année.

Internet : une croissance régulière (avec des sursauts dus aux confinements)

À la fin du mois d'avril 2020, nous avons constaté une croissance aussi soudaine qu'incroyable du trafic Internet. Issue des confinements, cette croissance s'est poursuivie tout au long de l'année, comme le montre notre rapport Year In Review 2020. Le bilan de l'année 2021 révèle une situation légèrement différente, selon les pays.

Le grand pic de trafic Internet dû à la pandémie, observé aux mois de mars, avril et mai 2020, ne s'est pas présenté de la même manière cette année, mais s'est révélé plus diffus, fluctuant selon les restrictions locales. À l'échelle mondiale, le trafic Internet mondial a continué de progresser tout au long de l'année 2021, avec un pic en fin d'année. Il s'agit cependant là d'une tendance normale, compte tenu de la croissance de certaines catégories (comme les achats en ligne) et du fait que la saison froide dans l'hémisphère nord (où circule la majeure partie du trafic Internet) affecte le comportement humain.

De notre point de vue, le jour de l'année présentant la plus forte croissance en matière de trafic mondial fut le 2 décembre 2021, avec une circulation supérieure de 20 % par rapport à la première semaine de l'année. L'axe des ordonnées montre le pourcentage de variation du trafic Internet en prenant pour base un vaste ensemble de domaines importants dans chaque pays. On constate également la présence d'une hausse (indiquée en rouge, car potentiellement liée à la pandémie) au mois de mai, mais sans commune mesure avec le boom observé entre les mois de mars et mai de l'année dernière.

Pics de trafic Internet : trafic mondial 2021

Nº 1 Novembre-décembre1 (+23%)
Nº 2 Septembre (+20%)
Nº 3 Octobre (+19%)
Nº 4 Août (+16%)
Nº 5 Mai (+13%)
1Début décembre

L'examen de pays spécifiques sur la page de notre bilan Year In Review 2021 montre que les nouvelles mesures de confinement et de restrictions ont (une fois encore) affecté le trafic Internet. Le constat se révèle plus manifeste dans certains pays que dans d'autres.

Le tableau suivant indique les mois affichant la plus forte croissance du trafic (le pourcentage mentionné se concentre sur les pics). De notre point de vue, les quatre derniers mois de l'année présentent généralement la plus forte croissance de trafic après le mois de septembre. Toutefois, l'incidence des restrictions sur le trafic Internet (en rouge) paraît plus visible au Canada, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, au Portugal, en Corée du Sud et au Brésil, avec des augmentations plus importantes durant les cinq premiers mois de l'année.

Mois affichant la plus forte croissance du trafic en 2021

États-Unis

Nº 1 Novembre-décembre (+30 %)

Nº 2 Octobre (+26 %)

Nº 3 Septembre (+25 %)

Nº 4 Août (+15 %)

Nº 5 Mai (+13 %)

Canada

Nº 1 Novembre-décembre (+21 %)

Nº 2 Octobre (+10 %)

Nº 3 Avril (+9 %)

Nº 4 Mai (+8 %)

Nº 5 Mars (+7 %)

Royaume-Uni

Nº 1 Novembre-décembre (+23 %)

Nº 2 Mars (+13 %)

Nº 3 Octobre (+12 %)

Nº 4 Février (+7 %)

Nº 5 Septembre (+5 %)

Allemagne

Nº 1 Novembre-décembre (+25 %)

Nº Octobre (+15 %)

Nº 3 Mai (+7 %)

Nº 4 Février (+6 %)

Nº 5 Septembre (+5 %)

France

Nº 1 Novembre-décembre (+24 %)

Nº 2 Mai (+14 %)

Nº 3 Avril (+13 %)

Nº 4 Janvier (+8 %)

Nº 5 Février (+7 %)

Japon

Nº 1 Novembre-décembre (+32 %)

Nº 2 Octobre (+28 %)

Nº 3 Septembre (+28 %)

Nº 4 Août (+24 %)

Nº 5 Juillet (+18 %)

Australie

Nº 1 Novembre-décembre (+42 %)

Nº 2 Septembre (+38 %)

Nº 3 Octobre (+37 %)

Nº 4 Août (+32 %)

Nº 5 Juillet (+27 %)

Singapour

Nº 1 Novembre-décembre (+62 %)

Nº 2 Octobre (+58 %)

Nº 3 Septembre (+58 %)

Nº 4 Août (+41 %)

Nº 5 Juillet (+31 %)

Portugal

Nº 1 Février (+38 %)

Nº 2 Mars (+23 %)

Nº 3 Janvier (+22 %)

Nº 4 Novembre-décembre (+18 %)

Nº 5 Avril (+17 %)

Corée du Sud

Nº 1 Avril (+21 %)

Nº 2 Mai (+16 %)

Nº 3 Février (+10 %)

Nº 4 Août (+7 %)

Nº 5 Septembre (+7 %)

Brésil

Nº 1 Mai (+25 %)

Nº 2 Juin (+23 %)

Nº 1 Novembre-décembre (+22 %)

Nº 4 Avril (+21 %)

Nº 5 Juillet (+21 %)

Inde

Nº 1 Novembre-décembre (+24 %)

Nº 2 Septembre (+22 %)

Nº 3 Octobre (+21 %)

Nº 4 Août (+19 %)

Nº 5 Juillet (+10 %)

United States 

#1 November-Dec (+30%)
#2 October (+26%)
#3 September (+25%)
#4 August (+15%)
#5 May (+13%)

Canada

#1 November-Dec (+21%)
#2 October (+10%)
#3 April (+9%)
#4 May (+8%)
#5 March (+7%)

UK

#1 November-Dec (+23%)
#2 March (+13%)
#3 October (+12%)
#4 February (+7%)
#5 September (+5%)

Germany

#1 November-Dec (+25%)
#2 October (+15%)
#3 May (+7%)
#4 February (+6%)
#5 September (+5%)

France

#1 November-Dec (+24%)
#2 May (+14%)
#3 April (+13%)
#4 January (+8%)
#5 February (+7%)

Japan

#1 November-Dec (+32%)
#2 October (+28%)
#3 September (+28%)
#4 August (+24%)
#5 July (+18%)

Australia

#1 November-Dec (+42%)
#2 September (+38%)
#3 October (+37%)
#4 August (+32%)
#5 July (+27%)

Singapore

#1 November-Dec (+62%)
#2 October (+58%)
#3 September (+58%)
#4 August (+41%)
#5 July (+31%)

Portugal

#1 February (+38%)
#2 March (+23%)
#3 January (+22%)
#4 November-Dec (+18%)
#5 April (+17%)

South Korea

#1 April (+21%)
#2 May (+16%)
#3 February (+10%)
#4 August (+7%)
#5 September (+7%)

Brazil

#1 May (+25%)
#2 June (+23%)
#3 November-Dec (+22%)
#4 April (+21%)
#5 July (+21%)

India

#1 November-Dec (+24%)
#2 September (+22%)
#3 October (+21%)
#4 August (+19%)
#5 July (+10%)

L'examen des tendances concernant ces pays nous révèle que les mesures de confinement imposées, début février, par le Canada se sont poursuivies jusqu'aux mois de mars et de mai, selon les régions. Ces résultats correspondent à ce que nous avons observé au cours de l'année 2020 : lorsque des mesures de restriction ou de confinement sont en vigueur, les personnes ont tendance à davantage utiliser Internet pour communiquer, travailler, faire de l'exercice et apprendre.

La plupart des pays européens ont également imposé des mesures de confinement et des restrictions au début de l'année 2021, notamment dans les écoles. L'enseignement en ligne était donc à nouveau de mise. Cette tendance est clairement visible au Royaume-Uni, où la période de janvier à mars révèle une forte augmentation du pourcentage de trafic, hausse qui s'est inversée après l'assouplissement des restrictions.

Les courbes représentées ici montrent la croissance du trafic Internet au Royaume-Uni, de notre point de vue, en 2020 et 2021.
Les courbes représentées ici montrent la croissance du trafic Internet au Royaume-Uni, de notre point de vue, en 2020 et 2021.

Nous observons le même phénomène au Portugal, où les trois premiers mois de l'année occupent les trois premières places en termes de croissance du trafic (suite aux nouvelles dispositions prises le 21 janvier 2021). Le mois d'avril, quant à lui, se classe à la cinquième place.

Intéressons-nous maintenant à l'exemple de la France, où des mesures de confinement ont également été mises en place, notamment pendant les mois d'avril et de mai 2021. Nous pouvons observer une augmentation du trafic Internet pendant cette période. Cette hausse se révèle légèrement plus timide que lors du premier confinement de 2020, mais reste néanmoins visible sur le graphique de 2021.

L'Allemagne a connu la même situation au mois de mai (en avril, le télétravail est redevenu la règle et l'assouplissement des mesures pour les personnes vaccinées n'a pris effet qu'à partir de la mi-mai). On constate aussi que les mesures de confinement lancées fin 2020 (qui concernaient, entre autres, les écoles) ont également affecté le trafic Internet en février.

En Corée du Sud, l'incidence du confinement imposé en début d'année s'est également manifestée par des pics de trafic en février, avril et mai 2021.

La croissance du trafic Internet aux États-Unis au cours de l'année 2021 s'est révélée très différente de celle de l'année précédente, le premier confinement ayant eu un effet majeur sur la croissance du trafic Internet. Le mois de mai a toutefois été marqué par une forte croissance, liée à la publication par le CDC de nouvelles directives concernant les masques à la mi-mai.

Trafic mobile : l'effet Thanksgiving

L'évolution du pourcentage de trafic mobile constitue une autre tendance mondiale de l'année 2021. De notre point de vue, les mois de l'année les plus propices au trafic mobile à travers le monde (c'est-à-dire les mois pendant lesquels les appareils mobiles ont été plus fréquemment utilisés pour accéder à Internet) ont été ceux de juillet et août (les mois de vacances habituels dans la plupart de l'hémisphère nord). Les mois de janvier et novembre se sont néanmoins très bien placés.

La page de notre bilan Year in Review vous permet également de consulter le nouveau graphique comparant le trafic mobile et le trafic issu des postes fixes. L'évolution de l'importance du trafic mobile varie en fonction des pays.

Aux États-Unis, par exemple, le trafic issu des postes fixes se révèle plus élevé tout au long de l'année. Toutefois, pendant la semaine de Thanksgiving 2021 (25 novembre), le trafic mobile l'a devancé pour la première et unique fois de l'année. Nous pouvons également constater qu'en termes de pertinence, le trafic mobile se montrait lui aussi élevé au mois de juillet.

Le Royaume-Uni présente une tendance similaire : les mois de juin, juillet et août sont les seuls de l'année où le trafic mobile est prédominant par rapport au trafic issu des postes fixes.

Si nous nous rendons de l'autre côté de la planète, à Singapour, la part du trafic mobile s'avère généralement plus élevée que celle du trafic issu des postes fixes. La tendance est donc radicalement différente de celle des États-Unis. Le trafic mobile a été plus élevé au mois de mai et le trafic issu des postes fixes n'a dépassé le trafic mobile que pendant quelques jours en février, quelques jours en mars, mais surtout, après la fin du mois d'octobre.

Localisation des accès à Internet

La page de notre bilan Year in Review vous propose, là encore, la possibilité de sélectionner une ville sur la carte. Vous pouvez ensuite effectuer un zoom sur ce lieu afin d'observer les évolutions en matière d'utilisation d'Internet tout au long de l'année. Effectuons un zoom sur San Francisco.

L'agglomération de cartes ci-dessous (toutes disponibles sur la page de notre bilan Year in Review) met en évidence les évolutions en matière d'utilisation d'Internet entre le début de l'année 2020, de mi-janvier à mi-mars (période sur laquelle on constate une certaine augmentation du trafic, en orange) jusqu'à la situation de confinement total d'avril et mai, avec davantage de zones bleues (diminution du trafic).

Les cercles rouges représentent San Francisco et ses environs (une région dans laquelle de nombreuses entreprises ont leur siège) sur une carte qui compare l'utilisation d'Internet un jour de semaine aux heures de bureau, pendant une période de deux mois.
Les cercles rouges représentent San Francisco et ses environs (une région dans laquelle de nombreuses entreprises ont leur siège) sur une carte qui compare l'utilisation d'Internet un jour de semaine aux heures de bureau, pendant une période de deux mois.

On observe d'ailleurs la même tendance en mai 2021, à une période pendant laquelle le télétravail conservait une place prépondérante, notamment dans les entreprises technologiques (les employés étaient alors absents de la région de la baie de San Francisco). Ce n'est qu'en juin cette même année que l'on commence à remarquer une certaine augmentation du trafic (davantage de zones orange), le plus souvent à bonne distance de San Francisco (dans les zones résidentielles).

Londres : du confinement à la finale du Championnat d'Europe de football

Le cas de Londres révèle une situation quelque peu différente. Si l'on considère l'évolution du trafic depuis le début de l'année 2020, on constate une augmentation (en orange) au mois de mars (par rapport à janvier) à l'extérieur de Londres (où le bleu est dominant).

L'activité Internet ne commence à s'intensifier qu'en juin, à l'occasion du coup d'envoi du Championnat d'Europe de l'UEFA 2020. Le tournoi, qui s'est déroulé dans plusieurs villes d'Europe, était soumis à de nombreuses restrictions et un certain nombre de matchs ont été disputés à Londres, au stade de Wembley (l'Italie y a notamment remporté le tournoi en battant l'Angleterre aux tirs au but). Au moment de la finale, toutefois (c'est-à-dire au mois de juillet, mais surtout en août), le bleu dominait déjà à nouveau, à mesure que les utilisateurs semblaient quitter la région londonienne. Le trafic n'a repris son augmentation qu'aux mois de septembre et d'octobre, principalement en dehors du centre-ville.

L'impact des Jeux olympiques d'été ? Une faible activité à Tokyo

Au Championnat d'Europe de l'UEFA a succédé l'autre grand événement reporté en 2020, les Jeux olympiques d'été de Tokyo. Notre carte semble montrer les mois difficiles précédant la manifestation, avec les données de la pandémie et l'augmentation des restrictions avant les dates de cet événement important (soit fin juillet et les premiers jours d'août).

Les athlètes étaient présents, mais pas les fans venus du monde entier. Même les habitants de la région étaient absents (l'événement s'est en grande partie déroulé à huis clos, sans spectateurs, en raison de la déclaration de l'état d'urgence dans la région du Grand Tokyo). Cette situation est visible sur nos graphiques, notamment si l'on considère l'augmentation de l'activité en mars (par rapport à janvier) et la diminution en août (par rapport à juin), même lorsqu'un événement d'ampleur mondiale se déroule dans la ville (Tokyo se situe au sein du cercle rouge).

On relève également une autre tendance intéressante en lien avec la pandémie à Lisbonne, au Portugal. Les mesures de confinement ayant été mises en place depuis la mi-janvier, la comparaison avec le mois de mars montre que le trafic Internet diminue dans le centre-ville et augmente dans les zones résidentielles situées à l'extérieur de Lisbonne (en orange dans l'animation). L'activité a toutefois diminué au mois d'avril, même autour de Lisbonne. Elle n'a commencé à s'intensifier qu'en mai, lorsque les restrictions ont été considérablement assouplies.

Les mesures de confinement entraînent une augmentation du trafic à Berlin

Une tendance différente peut être observée à Berlin, en Allemagne. L'activité Internet au sein de la ville et dans ses environs a été très élevée aux mois de mars et d'avril (par rapport aux deux mois précédents), lorsque les mesures de confinement étaient en vigueur. L'activité a néanmoins diminué au mois d'avril 2020, lors du premier confinement majeur.

En mai et juin, toutefois, suite à l'assouplissement des restrictions, l'activité Internet a diminué (en bleu). Ce constat suggère que les utilisateurs ont quitté la ville ou, du moins, n'utilisaient plus autant Internet. L'activité Internet n'a commencé à reprendre qu'au mois d'août, avant de diminuer à nouveau pendant les mois plus froids de novembre et décembre.

Cyberattaques : les menaces apparues au mois de juillet

En termes d'attaques à travers le monde, c'est aux mois de juillet et de novembre (le mois du Black Friday, pendant lequel l'augmentation a atteint 78 %) que l'on enregistre les pics les plus importants de l'année. Le pic le plus élevé a été atteint au début du mois de juillet 2021, avec une augmentation de 82 %, soit plus d'un mois après la cyberattaque par rançongiciel dite de Colonial Pipeline. Une attaque a également été lancée au mois de mai contre une partie de Toshiba et, la même semaine, contre le système de santé irlandais et l'entreprise de transformation de viande JBS.

Pendant la semaine du 6 décembre (la même semaine que l'annonce de la vulnérabilité Log4j), on observe également une augmentation de 42 % du nombre d'attaques, ainsi qu'une nette augmentation (42 %) au début du mois d'octobre, c'est-à-dire au moment de la panne de Facebook.

Notre page dédiée vous permet de consulter, pour la première fois cette année, la répartition des attaques dans différents pays.

Le Royaume-Uni a connu un pic très marqué du nombre global d'attaques sur Internet (une croissance de 150 %) en août. Ce pic s'est poursuivi au mois de septembre. Nous avons déjà constaté que le trafic Internet avait augmenté au début de l'année, en raison des mesures de confinement. Nous pouvons également voir une augmentation du nombre d'attaques en janvier 2021, mais aussi fin novembre, soit pendant la semaine du Black Friday.

Les États-Unis, en revanche, ont enregistré une croissance plus homogène des menaces sur l'ensemble de l'année. Le pic le plus important a été relevé entre août et septembre (période à laquelle les élèves reprennent l'école, selon les États), avec une hausse de 65 %. Le mois de juillet a également été marqué par un important pic des menaces (58 %), de même que la fin du mois de mai (c'est-à-dire le mois de la cyberattaque par rançongiciel de Colonial Pipeline), avec une augmentation de 48 %. Un pic a également été observé fin novembre (29 %).

D'autres pays, comme la France, ont connu un pic d'attaques (420 % d'augmentation) fin septembre, tandis qu'en Allemagne, ce pic a eu lieu en juin (425 %), mais également aux mois d'octobre (380 %) et novembre (350 %).

On peut observer la même tendance à Singapour, mais avec un taux d'augmentation encore plus élevé. Cette hausse a atteint 1 000 % de menaces supplémentaires à la fin du mois de novembre et 900 % le même mois, autour de la fameuse Journée des célibataires (11.11, le 11 novembre), un événement incontournable de l'e-commerce dans la région.

Toujours dans cette région, l'Australie a également connu une forte augmentation (plus de 100 %) des attaques au début du mois de septembre. Au Japon, cette prolifération a plutôt été remarquée à la fin du mois de mai (plus de 40 % d'augmentation du nombre de menaces).

Activités en ligne des utilisateurs pendant l'année 2021

L'année dernière, nous avons observé un bond de la catégorie de l'e-commerce dans plusieurs pays après le premier épisode majeur de confinement, fin mars.

À New York, le point culminant de l'année 2021 en matière de trafic lié à l'e-commerce a eu lieu le jour du Black Friday (le 26 novembre), avec une part représentant 31,9 % du trafic. Ce pic maximal a été suivi du Cyber Monday, le 29 novembre, avec 26,6 % de l'ensemble du trafic (on a observé la même tendance à San Francisco). Il est tout aussi intéressant de constater qu'en 2020, cette même catégorie a connu son pic le jour du Black Friday (le 27 novembre 2020, avec 24,3 %), mais que la date du 22 avril (soit pendant les premiers épisodes de confinement) se classe juste derrière, avec 23,1 % du trafic (cette même catégorie ne représentait qu'environ 14 % au mois d'avril de cette année).

Sans surprise également, le trafic lié aux messageries a connu un pic (20,6 %) dans « la ville qui ne dort jamais » le 1er janvier 2021, à l'occasion des célébrations du Nouvel An.

Ici Londres (messages précédant la Saint-Valentin)

Les pays, les villes et les individus qui y vivent présentent toutefois des habitudes différentes. À Londres, le trafic de messagerie a connu un pic (avec 21,5 % du trafic) le vendredi 12 février 2021, soit deux jours avant la Saint-Valentin. Tant que nous sommes à Londres, vérifions également si le trafic lié au Black Friday s'est montré aussi important hors des États-Unis. La réponse est oui ! Le trafic lié à l'e-commerce a atteint un pic de 20,7 % le jour du Black Friday, c'est-à-dire le 26 novembre.

La pandémie influence également les types de sites web utilisés par les internautes. À Londres, les sites de voyage ont connu leur plus fort pourcentage de trafic le 8 août, avec seulement 1,4 %. À Munich, ce pourcentage s'est élevé à 1,1 % le 11 août. En revanche, à New York et à San Francisco, les sites de voyage ont toujours représenté moins de 1 % du trafic.

Pour revenir à l'Europe, la ville de Paris, en France, a connu une tendance différente. Les sites de voyage ont totalisé 1,9 % du trafic le 7 juin 2021, c'est-à-dire précisément la semaine qui a vu la levée des restrictions liées à la pandémie. La France a ouvert ses frontières aux voyageurs internationaux le 9 juin 2021. La « Ville lumière » (et de l'amour) a connu sa plus forte journée d'affluence de l'année pour les sites de messagerie (24,4 %) le dimanche 31 janvier, date à laquelle de nouvelles restrictions ont été annoncées afin de tenter d'éviter un confinement total.

Les attaques menées par les pirates : méthodes employées en 2021

Notre site Year in Review vous permet également d'étudier en détail les méthodes d'attaque qui ont gagné le plus de terrain en 2021. Il est évident que les auteurs d'attaques ont continué à utiliser leurs outils pour attaquer les sites web, submerger les API et tenter d'exfiltrer des données. Plus récemment, la vulnérabilité Log4j a exposé Internet à de nouvelles possibilités d'exploitation.

Pour citer quelques exemples, à Paris, la méthode « Imitation de robots d'indexation » représentait 48,3 % des méthodes d'attaque sélectionnées pour le graphique, le 14 janvier 2021, tandis que la catégorie « Injection SQL » a totalisé 59 % le 29 avril.

Répartition des cyberattaques sur l'ensemble de l'année à San Francisco
Répartition des cyberattaques sur l'ensemble de l'année à San Francisco

À Londres, la méthode « Anomalie User-Agent » a également affiché un bon score à certains moments de l'année, mais à San Francisco, c'est surtout la catégorie « Divulgation d'informations » qui s'est révélée la plus répandue, en particulier fin novembre, à un moment où les achats en ligne étaient en plein essor. La vulnérabilité « Inclusion de fichiers », quant à elle, a réalisé un pourcentage plus important au mois de décembre.

À vous de jouer maintenant : explorez le sujet de manière plus approfondie

Pour explorer les données de l'année 2021 (mais également 2020), vous pouvez consulter la page du bilan Year In Review de Cloudflare Radar. Pour étudier un pays spécifique plus en profondeur et profiter de données actualisées sur les tendances actuelles, commencez par la page d'accueil de Cloudflare Radar.