Les tueries de masse d’El Paso (Texas) et de Dayton (Ohio) sont d’horribles tragédies. Dans le cas de la fusillade d’El Paso, le terroriste armé présumé aurait été inspiré par le site Web du Forum connu sous le nom d’8chan. D'après les éléments de preuve dont nous disposons, il semble qu'il ait publié un message sur le site immédiatement avant de commencer son attaque terrifiante du Walmart d’El Paso, tuant 20 personnes.

Malheureusement, il ne s'agit pas d'un acte isolé. Quelque chose de quasiment identique s’est produit sur 8chan avant l’attaque terroriste de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Le tireur d'El Paso a fait précisément référence à l'incident de Christchurch et semble avoir été inspiré par les commentaires en grande partie non modérés sur 8chan qui ont glorifiés le massacre précédent. Dans une autre tragédie, le tueur présumé de la fusillade dans la synagogue de Poway, en Californie, a également publié une « lettre ouverte » haineuse sur 8chan. 8chan a maintes fois prouvé qu'il était une source de haine.

8chan fait partie des plus de 19 millions de propriétés Internet qui utilisent le service de Cloudflare. Nous venons d'envoyer un avis indiquant que nous supprimons 8chan en tant que client à compter de minuit ce soir, heure du Pacifique. La raison est claire : ils ont prouvé qu'ils étaient irresponsables et que cela a causé de nombreuses morts tragiques. Même si 8chan n'a peut-être pas violé la lettre de la loi en refusant de modérer sa communauté haineuse, il a créé un environnement propice à la violation de l’esprit cette dernière.

Nous ne prenons pas cette décision à la légère. Cloudflare est un fournisseur de réseau. Dans la poursuite de notre objectif qui est d’aider à construire un meilleur Internet, nous avons jugé important de fournir nos services de sécurité de manière large, afin d’assurer la sécurité du plus grand nombre possible d’utilisateurs et de rendre les cyberattaques moins attrayantes, quel que soit le contenu de ces sites.  Beaucoup de nos clients exploitent leurs propres plateformes en plus de notre réseau. Si nos politiques sont plus conservatrices que les leurs, cela compromet leur capacité à gérer leurs services et à définir leurs propres politiques. Nous tolérons à contrecœur les contenus que nous trouvons répréhensibles. Mais nous rejetons les plateformes qui ont démontré qu’elles inspiraient directement des événements tragiques et qu’elles étaient, par nature, sans foi ni loi. 8chan a franchi cette ligne. Il ne leur sera donc plus permis d’utiliser nos services.

Ce qui va se passer ensuite

Malheureusement, nous avons déjà rencontré ce problème et nous avons donc une idée claire de ce qui va suivre. Il y a deux ans, presque jour pour jour, nous avons pris la décision de débarrasser le réseau Cloudflare d’un autre site dégoûtant : le Daily Stormer. Cela a provoqué une brève interruption des opérations du site, mais celui-ci est rapidement revenu en ligne en utilisant un concurrent de Cloudflare. Ce concurrent de l'époque se targuait de ne pas résoudre des questions juridiques. Aujourd'hui, le Daily Stormer est toujours disponible et toujours dégoûtant. Ils se sont vantés d'avoir plus de lecteurs que jamais. Ils ne sont plus le problème de Cloudflare, mais ils restent le problème d'Internet.

Je suis presque sûr que nous verrons la même chose se produire avec 8chan. Tandis que le retrait d’8chan de notre réseau ne nous fait plus porter de responsabilité, cela ne répond pas à la question du pourquoi les sites haineux infestent Internet. Cela ne répond pas à la question du pourquoi les fusillades de masse se produisent. Cela ne répond pas à la question du pourquoi une partie de la population est si désabusée qu'elle se tourne vers la haine. En prenant cette mesure, nous avons résolu notre propre problème, mais pas celui d'Internet.

Au cours des deux années qui se sont écoulées depuis l’affaire du Daily Stormer, ce que nous avons fait pour tenter de résoudre le problème plus sérieux d’Internet est de collaborer avec les organismes chargés de l’application de la loi et la société civile pour essayer de trouver des solutions. Entre autres, cela nous a amenés à coopérer pour la surveillance des sites potentiellement haineux sur notre réseau et à informer les forces de l'ordre du contenu signalant une violence éventuelle. Nous continuerons à travailler dans le cadre de la procédure juridique pour partager des informations lorsque nous pourrons, afin, espérons-le, de prévenir des actes de violence horribles. Nous pensons que cela relève de notre responsabilité et que, compte tenu de l’ampleur et de la portée de Cloudflare, nous espérons pouvoir continuer à progresser dans la résolution de problèmes plus graves.

État de droit

Nous nous sentons toujours extrêmement mal à l'aise de jouer le rôle de vérificateur de contenu et ne prévoyons pas de le faire indéfiniment. Certains ont spéculé à tort que cela était dû à la conception du premier amendement des États-Unis. C'est inexact. Premièrement, nous sommes une société privée et ne sommes pas liés par le premier amendement. Deuxièmement, la grande majorité de nos clients, et plus de 50 % de nos revenus, ne proviennent pas des États-Unis, où le premier amendement et les protections libertaires de la liberté d'expression ne s'appliquent pas. Le seul aspect pertinent du premier amendement dans ce cas et dans d’autres est qu’il nous permet de choisir avec qui nous faisons des affaires. Cela ne nous oblige pas à faire des affaires avec tout le monde.

Plutôt, notre préoccupation est centrée sur une autre idée beaucoup plus universelle : l’état de droit. L’état de droit exige que les politiques soient transparentes et cohérentes. Bien qu’il ait été conçu comme un cadre permettant aux États d’assurer leur légitimité, nous l’avons utilisé comme pierre de touche lorsque nous avons réfléchi à nos propres politiques.

Nous avons réussi car nous disposons d'une solution technologique très efficace qui offre sécurité, performance et fiabilité de manière abordable et facile à utiliser. En conséquence, une énorme partie d’Internet est maintenant raccordée à notre réseau. 10 % du meilleur million, 17 % des 100 000 meilleurs et 19 % des 10 000 meilleurs propriétés Internet utilisent notre réseau aujourd'hui. 10 % des 1 000 entreprises du Fortune sont des clients payants de Cloudflare.

Cloudflare n'a pas le pouvoir de la puissance publique. Même si notre entreprise a réussi, cela ne nous donne pas la légitimité politique nécessaire pour déterminer quel contenu est bon ou mauvais. Et cela ne doit pas être le cas. Les questions sur le contenu sont de véritables problèmes de société qui nécessitent des solutions politiquement légitimes. Nous continuerons de collaborer avec les législateurs du monde entier, afin qu’ils fixent les limites de ce qui est acceptable dans leur pays, par le biais d’une procédure législative régulière. Et nous respecterons ces limites quand et où elles seront définies.

L’Europe, par exemple, a pris les devants dans ce domaine. Des États ont tenté de s'attaquer au contenu haineux et terroriste en ligne, mais il est clair que des obligations différentes doivent être imposées aux entreprises qui organisent et promeuvent des contenus, telles que Facebook et YouTube, plutôt qu’à celles qui ne sont que de simples relais de ces contenus. Les conduites, comme Cloudflare, ne sont pas visibles pour les utilisateurs et ne peuvent donc pas être transparentes et cohérentes quant à leurs politiques.

La question non résolue est de savoir comment la loi devrait traiter les plateformes qui ignorent ou violent sciemment l’état de droit. Cela est plus proche de la situation que nous avons vue avec le Daily Stormer et 8chan. Ce sont des plateformes anarchiques. Dans des cas comme celui-ci, où les plateformes ont été conçues pour être anarchiques et sans modérateur et, où elles ont démontré leur réel pouvoir de nuisance, la loi peut avoir besoin de voie de recours supplémentaires. Nous et les autres entreprises de technologie devons travailler avec les décideurs pour les aider à comprendre le problème et trouver des solutions. Et, dans certains cas, cela peut impliquer de déplacer les mécanismes d'exécution plus bas dans le domaine technique.

Notre obligation

La mission de Cloudflare est d'aider à construire un meilleur Internet. Dans une certaine mesure, il est facile d’accuser 8chan en tant que client. Ils sont singulièrement anarchiques, ce qui a contribué à de multiples tragédies horribles. Trop, c'est trop.

Ce qui est difficile, c’est de définir la politique que nous pouvons appliquer de manière transparente et cohérente. Nous, ainsi que d’autres sociétés de technologie exploitant les grandes parties d’Internet, avons l'obligation d'aider à proposer des solutions pour résoudre les problèmes qui nous embarrassent. C'est de notre obligation et nous nous y sommes engagés.

Malheureusement, l'action que nous entreprenons aujourd'hui ne résoudra pas le problème de la haine en ligne. Il est quasiment sûr que cela ne supprimera pas 8chan d'Internet. Mais c'est ce qu’il faut faire. La haine en ligne est un problème réel. Voici quelques organisations qui travaillent activement pour résoudre ce problème :

Ce soir, les pensées de toute l’équipe de Cloudflare vont vers les familles en deuil à El Paso (Texas) et à Dayton (Ohio).